Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
leperroquet.com

La presse est un pouvoir qui éduque, forme et guide le politique. N'Djaména_Tchad. Tél. (+235) 95252640 / 63536359 . E-Mail: leperroquetmedia@gmail.com

Politique: L'AND a tenu son AG

Politique: L'AND a tenu son AG

L'Alliance Nationale pour la Démocratie et le Développement (AND), a tenu son Assemblée Générale, ce lundi 28 novembre 2022, au domicile du Président national dudit parti, M. Salibou Garboa, à Amtoukougne, dans le 7e arrondissement. A cette occasion, des grandes lignes sont tracées. In extension, la déclaration liminaire du président de l'AND, M. Salibou Garboa.

COMMUNICATION AUX RESPONSABLES DES COMITES D’ARRONDISSEMENT DE LA VILLE DE N’DJAMENA
N’Djamena, le 28 novembre 2022

Mesdames, Messieurs
Chers camarades et amis,

Je vous remercie d’être venus à cette rencontre d’échanges. Ça fait plusieurs mois que nous n’avons pas pu nous retrouver dans ce format. Les entraves de toutes sortes, les intempéries notamment, ne nous l’ont pas permis.

Les camarades du Bureau national ont estimé qu’avec la fin du Dialogue National Inclusif et Souverain, et la mise en place des dispositifs de mise en œuvre de ses résolutions, il était indispensable de se retrouver afin de faire une première évaluation et entamer la définition des grandes lignes de nos actions.

D’abord comment sommes-nous allés au Dialogue

Nos analyses et déclarations, depuis la mort tragique du Président Idriss Deby Itno, ne présageaient pas de notre disponibilité à prendre part à ces assises, tant est-il que leurs préparatifs nous laissaient pour le moins sceptiques. De longues et âpres discussions au niveau du Bureau Exécutif National du parti et au niveau de la COP, dont nous assurons la Coordination, ont conclu à la nécessité d’y prendre part, en dépit de nos réserves. D’ailleurs, deux des dix-sept membres de la COP nous ont quittés en raison de ces divergences. Lors de nos rencontres avec le PCMT, nous avions clairement exprimé nos préoccupations et souhaits que les nombreux grains de sable relevés soient nettoyés.

La situation post-DNIS est-elle empreinte de sérénité ?

Les forces vives tchadiennes dans leur ensemble, ainsi que la communauté internationale ont voulu, unanimement, une transition inclusive, consensuelle et apaisée.

Il est tout-à-fait évident que notre transition souffre d’un déficit d’inclusion et de consensus. La tendance observée au lendemain de la mort du Président Idriss Deby Itno s’est accentuée, en dépit du retour au bercail de certains mouvements politico-militaires, à la faveur de l’Accord de Doha. Les Tchadiens attendent de voir se réaliser les principales clauses de cet Accord, notamment son élargissement aux mouvements non signataires et la mise en place du Comité International de Suivi et de la Mise en œuvre de cet Accord. Les bruits de bottes que nous entendons aux quatre coins cardinaux ne sont pas pour nous rassurer, ils témoignent du risque réel d’une recrudescence de la lutte armée.

S’agissant des forces politiques et sociales de l’intérieur, les douloureux évènements du 20 octobre nous rappellent que la non-inclusion de pans entiers de forces vives dans le processus, ainsi que l’absence d’un réel consensus demeurent les grandes faiblesses de notre transition. Les innombrables réactions de condamnation internationale, émanant y compris des alliés traditionnels tels que le gouvernement français qui dénonce dans un communiqué officiel l’usage des armes létales, ne doivent pas être balayées d’un revers de la main. Nous appelons tous les tchadiens à collaborer franchement avec les enquêteurs indépendants de la communauté internationale (Nations-Unies, Union africaine, Union européenne, Commission Économique des États d’Afrique Centrale…) annoncés.

La rétractation des deux confessions révélées (les catholiques et les protestants) vis-à-vis des initiatives gouvernementales, ne devrait pas non plus être banalisée. Sa persistance pourrait consacrer la cassure préjudiciable à la paix et à l’unité nationale.

De même, le Président de la Transition ne devrait pas minimiser les tueries du Lac Iro, de Mangalmé au Guéra, de Léo-Massa au Mayo-Kebbi, du Logone oriental, de Krim-Krim au Logone occidental, etc…, pour ne citer que les plus récentes. Nous saisissons cette occasion pour réitérer nos condoléances les plus attristées aux nombreuses familles éplorées.

Au regard de ce tableau sommaire, quelles sont les responsabilités des militants de l’AND ?

Les militants de l’AND doivent constamment avoir à l’esprit leurs slogans favoris : « À L’AND, NOUS DISONS CE QUI EST UTILE AU PAYS. À L’AND, NOUS FAISONS CE QUE NOUS DISONS ». Aussi, devrions-nous :

Continuer à attirer l’attention des plus hautes autorités, du Président de la Transition en particulier, sur les risques et les défis à relever pour que la paix et la refondation soient une réalité dans notre pays. La sérénité n’est pas encore au rendez-vous.
Continuer à faire un incessant travail de sensibilisation auprès de nos populations, afin que le vivre ensemble soit une réalité et non un simple slogan politicien, conformément à notre devise : FRATERNITÉ – JUSTICE – DÉVELOPPEMENT.
Poursuivre avec plus de détermination notre travail de redynamisation de nos structures de base afin d’être plus présents aux échéances électorales qui s’annoncent.

                                              Je vous remercie

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article